25-08-12

Julienne, la lycéenne française

Il est paradoxal, que la dernière journée dans le midi de la France, je fis la connaissance de Julienne, peut-ëtre la plus belle fille de la France, tandis que j' attendais le TGV pour Bruxelles. 

C" est toujours comme ça, quand on change de situation, que des choses miraculeuses se passent.

Ah, elle était belle et intelligente, cette lycéenne française. Elle lisait un livre de Boris Vian, et je lui montrai mon livre de Michel Onfray, le crépuscule d' une idole, que j' appelais un livre contre Freud.

Elle ne me demanda qu' une cigarette, et pourtant, elle s' assît  sur la chaise à coté de moi, sur la terrasse avignonnaise, tandis, que je j' étais en train de me préparer pour prendre le TGV Avignon-Bruxelles.

N' est-il pas ainsi que les femmes viennnent à mon rencontre, quand, je suis en train de les quitter?

Elle avait l' intention d 'étudier le droit. Moi, j'' ai fait deux années de droit, et ça a créa un lien entre nous.

Il faisait très chaud à Avignon. Eh oui, c' était la canicule en France. Elle parla des femmes avec un évantail. Je ne savais pas ce que ça signifiait, un éventail. Elle me dît ce que c' est, un éventail (een waaier). Je lui dis que, à l' école, qui était une école uniquement pour des garçons, quand il faisait chaud, nous fïmes des éventails en papier. Alors, le professeur de mathématiques disait: ne faites pas ça, ç' est efféminé, et Julienne en a ri.

Il faut que j' y aille, je dis. Il y a parfois des problèmes avec la place pour le bagages dans le TGV.

Puis je savoir votre nom, je lui ai demandé en la vouvoyant, comme si c' était un secret d" état. Mon nom est XXX (car ça c' est un vrai secret d' éta pour vous, lecteurs, quel est mon vrai nom).

Je vous souhaite du succès avec ton éventuel étude de droit, je lui ai sourié, et me voilà sorti avec mon bagage, pour prendre le TGV pour Bruxelles...

Toujours, quand les femmes apparaissent, je disparais....

00:00 Gepost door Johnsatyricon | Permalink | Commentaren (0) |  Print |  Facebook | |

De commentaren zijn gesloten.